Hey!

Rêveuses, futures mariées, témoins de choc... bienvenue sur mon blog! 

CONCOURS NO STRESS WEDDING: LE MARIAGE DE JOANNA ET MEDHI

CONCOURS NO STRESS WEDDING: LE MARIAGE DE JOANNA ET MEDHI

Il y a quelques mois nous vous offrions la coordination de votre mariage par la pétillante Sabrina de No Stress Wedding...

Joanna et Mehdi, les heureux gagnants de notre joli concours nous racontent leur grand jour enfin plutôt leurs TROIS grands jours!

Un mariage parisien: moi je craque!

Qui êtes vous ?
Elle : Joanna, 30 ans. Parisienne d’adoption, férue de littérature, grande gueule et chieuse sur les bords. Mes amies me surnomment « l’attachiante ». Folle amoureuse de la ville Lumière, je ne me voyais pas me marier ailleurs qu’à Paris
Lui : Mehdi, 29 ans. A Paname depuis le berceau. Grand fan de catch ( !) et de rock.

Parlez-nous de votre mariage:
Nous voulions un mariage qui plairait au plus grand nombre. Pour nous, c’était avant tout une grande fête avec tous les gens qu’on aime. Nous avons choisi le 5 septembre car, ce week-end là, nous fêtions nos 9 ans de relation. Tout un symbole ! Cela a duré 3 jours : mariage civil le vendredi, mariage religieux le samedi et brunch le lendemain. Nous avons pu profiter de nos invités un maximum. Quant au lieu, cela ne pouvait être que Paris (même si nous avons un peu élargi les recherches, le lieu de réception se situant dans le 91). Pour la déco, nous voulions quelque chose de doux, pas trop clinquant et nous avions du mal à choisir une seule couleur. Nous avons donc opté pour un thème couleur pastel que nous avons décliné dans les éléments de déco et dans le Dress-code : nous avons demandé aux femmes de porter des chaussures pastel et aux hommes de porter un nœud papillon ou une cravate pastel. Et puis, quelques petites références à Paris par-ci, par-là (comme des rues de Paris pour nommer nos tables…)

Si vous ne deviez garder qu’un souvenir, qu’un instant de votre mariage ? 
Elle : Le discours de mon petit frère, à 3h00 du matin une fois tous les invités couchés. Nous étions une poignée d’irréductibles, autour d’un dernier verre, à refaire le monde. C’était un discours plein d’émotion mais qui ne manquait pas d’humour pour autant.
Lui : La sortie de l’église. Je ne pensais pas être aussi impressionné par la cérémonie, et au moment où la pression est retombée, ça m’a fait quelque chose de voir tous nos proches nous attendre sur le parvis.

Le petit détail qui a fait la différence :
Elle : L’aide inconditionnelle de certains de mes proches. Pas besoin de les citer, ils se reconnaîtront. Il leur a fallu beaucoup de courage et de zénitude pour me supporter les derniers jours.
Lui : Les invités ont apprécié le photo-booth. C’est pourtant simple et pas cher mais les gens se sont bien marrés avec ça.

A refaire, vous changeriez quelque chose ? 
Elle : Des broutilles. Je mettrais une veste le vendredi pour éviter d’attraper froid et de m’étouffer à l’église le lendemain au moment des vœux (oui, c’est arrivé !). Je ferais une troisième copie des musiques pour la cérémonie, les deux premières n’ayant jamais trouvé le chemin de l’église (il paraît que c’est un classique). En dehors de ça, je ne toucherais à rien. C’était vraiment comme on l’avait imaginé.
Lui : Bien sûr. Il y a toujours des choses qui ne vont pas comme on veut mais ce ne sont que des détails. On a eu par exemple un souci de musique dans l’église. C’est dommage de ne pas avoir eu les musiques que nous avions choisies mais ça reste un détail.

Et la demande c’était comment ?
Elle : Enceinte de 5 mois, nous sortons dîner avec des amis à Bastille (notre QG). A la fin du dîner, il insiste pour que nous marchions un peu, le long du port de l’Arsenal. Je traîne des pieds, je suis fatiguée, j’ai mal au dos, bref je ne suis pas très agréable (certains diront « comme toujours ! »). Et là, il commence à me dire à quel point ce quartier compte pour nous : notre rencontre, nos jolis moments… le moment où il me demande d’être sa femme ! C’était beau, doux, sans chichi. Je ne pouvais pas rêver mieux. Depuis, dès que je passe par là, je ressens l’émotion de ce moment.
Lui : 1 an et demi avant le mariage. On sortait d’un restaurant avec des amis. Jo était enceinte de 5 mois et je l’ai obligée à marcher le long du port de l’Arsenal, vers Bastille, alors qu’elle était épuisée (quelle honte !). Je voulais faire ma demande dans ce quartier parce que c’est là qu’on s’est rencontré, qu’on travaille, qu’on sort, qu’on vit quoi ! C’est ce que je lui ai expliqué lorsque j’ai fait ma demande.

La bague, elle a un petit secret ?
Elle : Achetée depuis des années, parce que c’était ce modèle-là et pas un autre, elle a attendu bien sagement la demande officielle.
Lui : J’avais en tête de faire ma demande depuis plusieurs jours en attendant le meilleur moment donc j’ai gardé la bague sur moi pendant une semaine. Hyper stressant !

Votre robe ! Dites-nous tout !
Une merveille ! J’avais pris trois rendez-vous pour des essayages. Le premier dans une grande enseigne était vraiment sans intérêt, même si ça m’a fait bizarre de me voir en robe de mariée pour la première fois. Le deuxième s’est déroulé dans une boutique qui regroupait plusieurs marques : j’étais avec ma maman et au bout d’une heure d’incompréhension avec la vendeuse, elle m’a enfin trouvé une robe qui rentrait dans mes critères : dos nu, près du corps, sans froufrou, possibilité de rajouter des manches… Et elle plaisait à ma mère ! Mais il fallait donner une réponse très vite parce que « vous comprenez, c’est la dernière après on change de collection… » Je n’ai pas vraiment apprécié l’insistance de la vendeuse et j’ai préféré attendre le dernier rendez-vous, quitte à manquer la robe. Comme j’ai bien fait ! Un mercredi, avec une de mes témoins, nous nous rendons chez une créatrice, Sophie Sarfati. J’y allais vraiment au hasard, en me disant que c’était le seul moment où je pourrais passer des robes de cette qualité. Mais j’avais peur d’être vraiment hors budget. Sophie nous a mises à l’aise tout de suite. Elle m’a demandé de parler de moi, de mes attentes, de mon mariage, de ce que je voulais ou ne voulais pas. En fonction de mes réponses, elle a sélectionné plusieurs modèles. J’ai, dans un premier temps, flashé sur le modèle Lottie : tout y était sauf les manches. Et je voulais absolument des manches (je complexe un peu sur mes bras !). Ni une, ni deux, Sophie m’explique qu’on peut modifier et rajouter des manches courtes… Ou alors, on peut essayer un autre modèle. Et là, elle me montre un modèle deux-pièces, top et jupon. Avec ma témoin, on se regarde, un peu anxieuses : ce n’est pas du tout ce que j’avais imaginé. Mais bon, je l’essaye. Et là, le coup de foudre ! Ce modèle Ramatuelle est d’une élégance ! Des matières légères, une quille en dentelle, un dos nu de folie… Et des manches longues, en dentelle également ! Que demander de plus. Ben le prix peut-être… Et là, bien sûr, je suis hors budget. Mais je la veux. Ma témoin achève de me convaincre en me disant que c’est la bonne ! Il a fallu convaincre monsieur (au final, pas autant que je ne l’aurais cru) mais, je crois qu’il n’a pas regretté mon choix. Quant à moi, je ne remercierais jamais assez Sophie pour sa gentillesse, ses conseils, son professionnalisme. Je la recommanderais sans hésiter.

Comment avez-vous connu Parisian Inspired? 
Quand on s’est fiancés (et même un poil avant), j’ai commencé à consulter tous les blogs que je pouvais trouver qui traitaient du mariage, de près ou de loin. Et puis, avec un nom pareil, j’étais forcément attirée.

Qu'est-ce qui vous a motivée à participer au concours? 
J’ai la folie des concours. Je participe à tous ceux que je trouve sur les réseaux sociaux. Je me suis dit « pourquoi pas moi ? »

Conseilleriez-vous aux futurs mariés de faire appel à un wedding planner, au moins pour le jour J? 
Il est vrai que c’est un plus dans l’organisation. En revanche, c’est également un vrai budget. Sans ce concours nous n’aurions pas pu nous permettre de faire appel à un wedding-planner.

Que vous a apporté Sabrina ? Quelles ont été les étapes pour préparer avec elle le jour J? 
Elle : Sabrina a pris le train en marche, une semaine avant le mariage. Et pour elle, ça n’a pas dû être facile. Surtout que, plus la date approchait plus je stressais et plus je devenais un tyran (mes frères pourront en témoigner). Le jour J, elle m’a permis de moins stresser et d’essayer de lâcher prise.
Lui : Sabrina a été comme un coach, surtout pour la mariée. On a pu se reposer sur elle et donc évacuer pas mal de stress. Et c’est toujours agréable d’avoir avec soi une personne souriante et agréable pendant cette journée !

Le conseil de la mariée: 
Je vous dirais bien de ne pas stresser mais je sais à quel point c’est compliqué et à quel point ça peut agacer de s’entendre dire ça. Je vous dirais juste que, malgré tout ce que vous aurez pu imaginer, il y aura forcément des choses qui ne se passeront pas comme prévu. Vous ne pourrez rien y faire et ce n’est pas grave en soi. Et puis, ça fait des souvenirs rigolos même si, sur le moment, vous avez l’impression que c’est une catastrophe. C’est une semaine après, en revoyant les photos, que je me suis aperçue que j’avais eu un super mariage ! Et puis, l’essentiel c’est d’être entouré des gens qu’on aime pour s’unir à l’homme de sa vie. Le reste est accessoire.

Parlez-nous de vos prestataires
Lui : Le mariage s’est déroulé au Château du Maréchal de Saxe, à Yerres (91). C’est un superbe domaine qui fait hôtel-restaurant. Ils ont été parfaits, de la préparation jusqu’au brunch du lendemain. Professionnels de A à Z. Le repas était excellent, le cadre idyllique.
J’ai pris mon costume aux « Nouveaux Ateliers ». Du sur-mesure de qualité tout en étant financièrement accessible.
Elle : Pour les fleurs, nous avons fait appel à une connaissance de mes beaux-parents. Isabelle nous a tout de suite séduits. Elle ne travaille qu’avec des producteurs de la région, choisit ses fleurs en fonction des saisons (j’ai dû abandonner l’idée des pivoines, mais c’était pour la bonne cause) et était très à l’écoute.
Quant à ma coiffure et mon maquillage, j’ai opté pour le salon 365C, dont je suis une cliente régulière, le vendredi et le salon Pause poudrée, qui proposait les prestations à domicile, le samedi. J’ai adoré les deux salons, les filles ont toutes été au petit soin pour moi. Surtout Charlotte et Angelica de Pause poudrée qui se sont, en plus, occupées de ma maman et qui nous ont fait passer un bon moment de détente dans cette folle journée.
Enfin, le choix de nos photographes s’est fait naturellement car il s’agissait de personnes proches : ma tante et un de nos meilleurs amis (Mehdi et lui se connaissent depuis la 6e). Ils ont été professionnels du début à la fin et nous ne regrettons pas d’avoir fait appel à eux. Et les photos sont vraiment magnifiques.

Robe : The Kooples (cérémonie civile), Sophie Sarfati (cérémonie religieuse) / Accessoires : chaussures Vivaldi, voilette Les Chapeaux de Béa (cérémonie civile), headband Maison Guillemette (cérémonie religieuse) / Costume : Les Nouveaux Ateliers, chaussures San Marina, nœud papillon Coton Doux / Le lieu : Casa Murat Paris 16e (vendredi), Château du Maréchal de Saxe à Yerres (samedi/dimanche) / Photos : Pierre Girault Photographe, Chantal Faure / Mise en beauté : 365c (vendredi), Pause Poudrée (samedi) / Fleuriste : Variations Végétales / Wedding Planner : No Stress Wedding

Belle semaine mes jolies! De mon côté comme j'adore vous gâter je vous prépare un autre petit concours pour la Saint-Valentin, stay tuned!

UNE INVITATION PAPIER? DILEM ET SÉLECTION!

UNE INVITATION PAPIER? DILEM ET SÉLECTION!

COUP DE COEUR POUR BHLDN

COUP DE COEUR POUR BHLDN